Aller au contenu
Cyclo-randonnée

Vous êtes ici : Accueil > Nos voyages > Le GR7

Nos voyagesLe GR7

Voyage avec une remorque à vélo.Une randonnée à pied de 6 mois, en famille, le long du GR7, depuis les Vosges jusque dans les Pyrénées. Une remorque pour enfant Chariot (modèle CX2) est poussée afin de transporter le plus jeune enfant ainsi que le matériel nécessaire à l'autonomie de quatre personnes.

La remorque se montre plutôt bien adaptée à cet usage, elle résiste au poids important du chargement, les freins à tambours sont d'une aide précieuse pour retenir la remorque dans les descentes, les suspensions contribuent à préserver le matériel (et le confort du petit) dans les chemins caillouteux.

La faible garde au sol de la remorque rend quand même difficile certains passage sur chemin peu roulant, surtout s'il y a des ornières. Comme la remorque est poussée, la roue avant a tendance à se planter dans les obstacles, ce qui la fragilise rapidement, il faut faire plusieurs réparations en chemin avec les moyens du bord.

La petite équipe se compose de Julien, son amie Elen (tous deux ont 31 ans) et de deux enfants de 10 et 2 ans. Un article sur ce voyage parait dans le n°15 de Carnets d'Aventure (mars 2009) dans un dossier sur le voyage avec des enfants.




Premiers pas dans le Doubs.


L'ensemble du matériel tient dans la remorque et nous dispense de sacs à dos.


Le voyage est d'abord l'occasion de passer du temps ensemble.


Les tâches quotidiennes...


...se succèdent !


Notre première étape est l'école de Jora. Avec Philippe, son instit, on se prend à rêver de partir là, maintenant, avec toute la classe... les enfants sont d'accord !


Jora entretiendra une correspondance avec sa classe tout au long du voyage.


On trace pour trouver un endroit pour les tentes avant l'orage...


Nous partagerons le pré pour la nuit...


Montage de la tente Vaude Hogan XT.


Les enfants ont leur propre tente (une Vaude Hogan Ultralight I), tandis que la plus grande tente (la Vaude Hogan XT) abrite parents, matériel et remorque.


Les enfants s'adaptent plus facilement que nous à la vie dehors...


Gil a déballé sa précieuse ludothèque : trois voitures, un livre et quelques petits doudous.


La réserve de lecture compte presque autant que celle de nourriture ou d'eau.


Si la lune n'apparait pas le soir, Gil pleure parfois, Jora lui explique alors qu'il faut bien que d'autres enfants puissent la voir aussi...


Après avoir testé les deux solutions, on a fait le choix de pousser la remorque plutôt que de la tirer, c'est plus facile dans de nombreuses situations.


Même si on essaye de coller au plus près du GR7, on étudie longuement les cartes IGN au 1/25 pour trouver des chemins praticables pour nous.


Gil refuse catégoriquement de marcher s'il n'a pas son bâton.


L'heure du bain (tout le monde y est passé).


Trouver de l'eau, à manger, un endroit pour dormir, chauffer de l'eau pour la cuisine... satisfaire ses besoins vitaux (re)prend la quasi-totalité de la journée. Paradoxalement, on se sent plus libre...


L'enthousiasme significatif de l'arrivée au bout de nos provisions...


Télévision.


Réveil.


Une trentaine de crevaisons rythmeront le voyage... difficile d'éviter l'aubépine avec trois roues. A mi-chemin, on remplacera les pneus d'origine de la remorque par des Schwalbe Marathon, plus résistants.


On se sent un peu impuissant là... notre quête nous semble parfois absurde, mais justement, c'est ça qui est bien...


On sent la brise fraiche caractéristique de l'approche de la pluie.


La pluie transforme le voyage en aventure.


On ne marche jamais assez lentement pour tout voir.




On a parfois l'impression d'être quelque part sur la planète, et non plus dans un pays ou une région déterminée.




L'essentiel de notre matériel, à l'exception de la nourriture et de l'eau, tient dans deux boudins étanches de 60L, que nous déchargeons pour pouvoir porter la remorque.


Le matin, nous profitons de la première éclaircie pour plier le matériel. Tout doit être rangé avant l'averse suivante.








Maraudes.


Faire des choix...


...en tenant compte de tout le monde.


On se donne pour objectif de suivre le GR7. Cela nous permet d'avoir une ligne directrice, ce qui est motivant.


Le GR7 longe la ligne de partage des eaux entre l'Atlantique et la Méditérranée. A ce titre, il suit les crêtes et est facilement accessible dans sa plus grande partie.


Les crêtes sont souvent des endroits intéressants pour planter la tente, mais il faut tenir compte d'un possible orage.


On nous demande parfois si on a vécu des "expériences sensationnelles", vu des "paysages extraordinaires" ou rencontrés des "gens intéressants"... non, on s'en fout, on a été spontanément invité à boire le café chez une mamie, et juste ça, ça valait le voyage.


Deux mamies en l'occurence !


> Retour