Vous êtes ici : Accueil >
Sacoche Ortlieb Les sacoches Ortlieb étaient les premières sacoches étanches en tissu épais (à l'origine de la bâche de camion), avec une femeture à enroulage (l'enroulement procure l'étanchéité), des coutures soudées (une couture traditionnelle avec du fil n'est pas étanche, vu que l'aiguille perce le tissu, à moins de mettre une bande d'étancheité à l'intérieur) et un système de fixation pratique et stable (les crochets se referment autour des tubes du porte-bagages, on les ouvre en tirant sur la poignée).


Sacoche vélo Ortlieb.

Une photo de Pauline et Frank, lors d'un voyage à vélo en Amérique du Sud en 2008, qui a abouti à la publication de la bande dessinée Dessine-moi le Bonheur aux éditions Dargaud.


Ces sacoches apparues dans les années 80 préfiguraient ce qui est devenu un standard pour le voyage au long cours, nombreux sont les cyclos qui partent avec des sacoches de ce type aujourd'hui, et de nombreuses marques ont copié le concept. Et c'est vrai que c'est solide, complètement étanche (utile non seulement quand il pleut, mais aussi quand on pose ses sacoches sur un sol mouillé au bivouac) et le poids est raisonnable (la bâche de camion utilisée à l'origine a laissé place à des tissus mieux adaptés et plus techniques).

Après, on peut ne pas trop aimer le côté un peu "boudin" ou "plastique" de ces sacoches, et préférer des sacoches en "vrai tissu", cousues, qui permettent notamment d'avoir plus de poches extérieures (les coutures soudées rendent compliquées l'ajout de petites poches).

Les sacoches Ortlieb de la série "Plus", sorties plus récemment, conservent d'avantage l'apparence d'un tissu, le toucher est texturé, la couleur mate, elles sont fabriquées en Cordura (une sorte de nylon). Une enduction PU remplace le revêtement PVC, généralement considéré comme peu écologique (notamment en raison des additifs utilisés pour le rendre souple ou améliorer sa résistance). Elles sont aussi plus légères (sans perte de résistance).

Les sacoches Ortlieb pour le voyage à vélo sont proposées avec fermeture à enroulage ou à rabat. La fermeture à enroulage est très efficace pour assurer l'étanchéité des sacoches (comptez au moins un tour), à tel point que les sacoches peuvent être immergées (ou laissées en vrac hors de la tente toute une nuit d'orage). L'efficacité de la fermeture est notamment due au fait que l'enroulage est tenu par un clip de chaque côté (lui-même accroché à la bandoulière), ce qui plaque bien le tissu. On peut également fermer les clips au dessus des sacoches (comme sur les MSX), mais l'étanchéité est moins bonne car le tissu est vrillé (il faut fermer deux tours pour obtenir une étanchéité satisfaisante).

Le modèle Ortlieb à rabat est presque aussi étanche, sauf que l'eau peut passer sous le rabat si elles sont immergées (ou couchée sous la pluie). Les sacoches à rabat se ferment comme un sac à dos, avec une jupe en dessous. L'avantage par rapport à une fermeture à enroulage, à savoir une fermeture un peu plus facile, ne semble pas décisif, surtout que le poids des modèles à rabat est plus élevé.

Il existe deux systèmes de fixation chez Ortlieb, le système QL1, le plus classique, soit deux crochets réglables latéralement, une dent de requin réglable également (la dent de requin est le crochet du bas, qui empèche le balancement des sacoches). Les crochets supérieurs se referment autour du tube du porte-bagages, ce qui empèche aux sacoches de se décrocher en passant dans les chaos. En tirant sur la poignée, on ouvre simultanément les deux crochets, ce qui permet de prendre la sacoche.

Le système Ortlieb QL2 fonctionnent exactement de la même manière, sauf qu'il n'y a pas besoin d'outil (une clé allen) pour régler les crochets. Cela est pensé pour le cas où il serait nécessaire de changer la position des crochets souvent (utilisation de deux vélos), mais c'est rarement le cas, la plupart des cyclos règlent les crochets une fois pour toute, puis n'y touchent plus. Le rail de la dent de requin est plus grand (il fait un tour complet), ce qui est intéressant car il n'est pas toujours évident, selon les porte-bagages, de trouver une position pratique pour la dent de requin (à la fois stable et facile à enlever). Un autre avantage du système QL2 est la possibilité de monter dessus un câble antivol (optionnel).

Une astuce intéressante dans la conception des sacoches Ortlieb : les différents éléments en plastique au dos des sacoches (rails des crochets et éléments de protections) sont fixées à l'aide de vis et d'écrous, et non de rivets comme c'est le cas habituellement. Le remplacement de pièces est donc plus facile, sans outil spécifique.

> voir également le comparatif des sacoches de vélo.