Vous êtes ici : Accueil > Bivouac > Réchaud
Réchaud Le choix d'un réchaud de randonnée dépend déjà du ou des combustibles que l'on trouvera sur place. Gaz, essence, alcool, bois, l'éventail de possibilités est vaste. Chaque combustible s'utilise de façon différente, et le choix dépend donc aussi des conditions du voyage.

Réchaud à gaz

Réchaud de randonnée à gaz. zoom

Le réchaud à gaz est le plus rapide à mettre en oeuvre. L'avantage essentiel du gaz est son pouvoir énergétique élevé, avec une moyenne de 15 g pour faire chauffer 1 litre d'eau. Une cartouche de gaz de 230 g est suffisante pour couvrir les besoins de deux personnes pendant une semaine (dans des conditions faciles). Une popote avec échangeur de chaleur augmente encore l'autonomie. Après, l'approvisionnement en combustible n'est guère possible que dans les boutiques spécialisées, donc difficile à envisager pour un voyage au long cours.

Les cartouches perçables ne sont plus guère utilisées, pour des raisons de sécurité. Les fuites sont fréquentes, et à basse température, le gaz cesse de se volatiliser, ce qui peut faire croire à une cartouche vide. Les cartouches à valve sont bien plus sûres. On trouve deux types de cartouche à valve. Celles avec filetage sont en principe toutes compatibles, quelle que soit la marque (MSR, Primus, Optimus, Coleman...), elles correspondent à un standard international. Campingaz par contre a développé un format particulier, sans filetage, dédié aux réchauds de la marque. Certains réchauds permettent d'utiliser les deux types de valves.

Les réchauds à gaz déportés sont bien plus stables sur les réchauds montés directement sur la cartouche, et il est possible de les utiliser avec un pare-vent. Un réchaud utilisé sans pare-vent consomme beaucoup plus de combustible, même quand il y a peu de vent. Les réchauds intégrés sont efficaces également, mais avec une très faible versatilité. Il ne faut jamais mettre de pare-vent autour de la cartouche d'un réchaud, déporté ou pas, il y a un risque de surchauffe de la cartouche.

Un réchaud à gaz ne fonctionne pas toujours bien par temps froid, les cartouches sont composées d'un mélange de plusieurs gaz, dont une majorité de butane, qui devient liquide à partir de 0°C. Les autres gaz (isobutane et propane) ont une température d'ébullition plus basse, ils s'échappent de la bouteille en premier (y compris à température ambiante), jusqu'à ce qu'il ne reste plus que le butane. Celui-ci reste à l'état liquide et le réchaud ne fonctionne plus. Cet effet est accentué par le fait qu'une cartouche refroidit beaucoup en se dépressurisant.

Les réchauds équipés d'un régulateur n'ont pas une meilleure efficacité par temps froid. Passé un certain seuil, la flamme va diminuer avec la pression dans la cartouche, de la même manière qu'avec un réchaud standard.

Un réchaud déporté est plus efficace par temps froid, le rayonnement émis par le réchaud tiédit la cartouche (attention à ne pas trop rapprocher la cartouche du réchaud). Pour les réchauds équipés d'un tube de préchauffage du gaz, il est possible de retourner la cartouche, le gaz est ainsi vaporisé au niveau du tube de préchauffage. Ne jamais retourner la cartouche sur un réchaud non prévu à cet effet, le gaz arriverait à l'état liquide au niveau du brûleur, occasionnant des flammes très importantes.

D'après les études menées depuis 2007 par Roger Caffin, la grande majorité des réchauds à gaz émettent une quantité dangereuse de CO (monoxyde de carbone). Cela est lié notamment à la vélocité du gaz à la sortie du brûleur, qui frappe trop tôt la surface froide de la popote. Le brusque refroidissement de la flamme et le manque d'oxygène à proximité de la paroi de la popote stoppe la combustion avant que le CO (qui est un combustible) ne soit entièrement brûlé. Augmenter la distance entre le brûleur et la popote diminue significativement les émissions de CO.

Les fabricants précisent que les réchauds émettent du CO et doivent être utilisés à l'air libre, mais peu de randonneurs cuisinent sous la pluie ou la neige, lorsqu'il est possible de s'abriter sous la tente. Le risque est plus élevé en hiver, avec une tente souvent moins ventilée (toile à pourrir). De même, cuisiner dans la chambre est plus dangereux que dans l'abside, vu que la chambre est généralement moins bien ventilée. Toutes les tentes ne disposent cependant pas d'une abside suffisamment grande pour cuisiner.

Toujours selon les tests de Roger Caffin, un poignée de réchauds seulement émettent une faible quantité de CO. Les fabricants tendent plutôt à minimiser la distance entre le brûleur et la popote, pour diminuer la sensibilité des réchauds au vent. Certains très bons réchauds ne sont plus fabriqués. D'autres ne sont pas conformes CE (et donc non commercialisés en Europe). D'autres encore ont certes des émissions faibles, mais la qualité de fabrication n'inspire pas confiance. Au final, nous n'avons retenu qu'un seul modèle de réchaud à gaz pour le moment.

Même si la distance entre brûleur et popote est prépondérante, d'autres critères rentrent en ligne de compte, comme la forme du brûleur, la conception du tube mélangeur, la présence d'un pare-vent autour du brûleur, etc. Il est difficilement possible d'évaluer la production de CO d'un réchaud selon ses caractéristiques techniques, sans s'appuyer sur les résultats d'un appareil de mesure.

Réchaud à bois

Réchaud de randonnée à bois Bushbuddy. zoom


Le Sierra, qui fonctionnait avec un petit ventilo alimenté par deux piles, était sans doute le premier réchaud à bois, il y a une quinzaine d'années. C'était un peu une légende à l'époque, d'autant que le réchaud était très difficile à trouver. On trouve maintenant de nombreux modèles de réchauds à bois.

Le réchaud à bois a des avantages énormes, mais aussi de nombreux inconvénients. Avant tout, le fait d'avoir un combustible illimité change les habitudes de cuisine. Il devient possible de cuire des lentilles, des patates, des aubergines et de nombreux mets à cuisson lente, qu'il ne serait pas raisonnable de préparer avec un autre combustible. Idem pour les boissons chaudes, on n'hésite pas à refaire un (énième) thé ou un café, surtout par temps frais. Au final, on passe beaucoup de temps autour du réchaud, le bivouac change de rythme.

Un réchaud à bois demande peu de combustible, ce qui le rend utilisable dans un grand nombre de milieux, pas seulement forestiers. Quelques arbustes rabougris suffisent pour cueillir quelques branches mortes, une ou deux poignées de petits morceaux de bois permettent de préparer un repas. Découper des lamelles dans les branches permet d'obtenir un allume-feu efficace. En cas de pluie, on peut conserver une réserve de petits morceaux de bois sec dans un sac. En journée, on trouve souvent des endroit abrités où ramasser du bois à peu près sec pour le bivouac.

Bien utilisé, un réchaud à bois fume très peu, mais en le faisant fumer un peu (bois vert par exemple), c'est efficace pour faire fuir les moustiques. Un avantage parfois significatif, qui peut éviter un repas sous la tente, lorsqu'on bivouaque dans des endroits humides.

Au niveau des inconvénients, tout d'abord, le risque d'incendie peut rendre délicate, voire impossible, l'utilisation d'un réchaud à bois en région sèche. Il faut distinguer deux types de réchauds à bois, très différents à ce niveau. Le réchaud à foyer fermé, comme le Nomadic Stove, est de loin le moins dangereux, il ne brûle pas le sol, les cendres reste à l'intérieur du réchaud, on peut même déplacer le réchaud lorsqu'il fonctionne. Un renversement du réchaud pourrait provoquer un incendie, mais le risque est identique avec un réchaud à combustible liquide ou gazeux.

Le réchaud à foyer ouvert, comme le modèle Evernew, est bien plus dangereux, vu que les braises tombent directement sur le sol. Les cendres peuvent s'envoler ou entrainer une combustion invisible dans le sol. Si on définit un réchaud comme un moyen de cuisson ne laissant pas de traces, le réchaud à foyer ouvert n'est pas vraiment un réchaud.

Reste la question : que faire des cendres chaudes après la cuisson ? Dans le cas du réchaud à foyer fermé, la solution de loin la plus prudente consiste à laisser les cendres refroidir dans le réchaud (compter une heure). Cela demande donc d'arrêter l'utilisation du réchaud une heure avant le départ, soit le temps de démonter un bivouac. Eviter de compter sur l'eau pour refroidir plus rapidement les cendres, on n'a pas forcément suffisamment d'eau lors du bivouac pour cet usage. Bien vérifier en vidant le réchaud que les cendres sont absolument froides, en le vidant sur une pierre par exemple.

Au delà du risque d'incendie, le réchaud à foyer fermé permet de cuisiner la conscience tranquille lorsqu'on bivouaque dans un pré ou en bord de chemin, on ne laisse aucune trace. L'utilisation du Nomadic Stove est discrète, en général, une personne de passage ne s'aperçoit pas que le réchaud fonctionne avec du bois.

Sinon, le réchaud à bois noircit les popotes, pas de possibilité de disposer les popotes dans la tente par exemple, à moins de protéger avant. Il est nécessaire de ranger les popotes dans une housse, pour protéger le reste du matériel dans les sacoches.

L'utilisation d'un réchaud à bois demande du temps, l'allumage n'est pas toujours facile, et il faut l'alimenter en permanence, on ne peut guère s'éloigner du réchaud. En général, on profite du temps de cuisson pour préparer le repas ou faire du rangement. Il est difficile par exemple de monter une tente et de gérer un réchaud à bois en même temps, on ne va pas l'alimenter assez souvent, et il va s'éteindre. En famille, on a plutôt vu cela comme un avantage, car il y a toujours quelqu'un à côté du réchaud.

Le réchaud à bois est donc une option envisageable pour un voyage au long cours, seul ou association avec un brûleur à alcool, ce qui offre une bonne polyvalence pour un faible ajout de poids.

Réchaud à alcool

Le réchaud à alcool est souvent considéré comme bien adapté à un périple ultra-léger. Pourtant c'est le réchaud pour lequel le carburant a le plus faible pouvoir énergétique. Si on peut faire bouillir un litre d'eau avec 15 à 20 g de gaz, il faudra environ 30 à 40 g d'alcool pour aboutir au même résultat. Selon la durée du périple, le gaz peut donc être plus intéressant pour gagner en poids. De plus, l'alcool ne s'achète qu'en bouteille d'un litre (soit 800 g d'alcool), plus facilement transportable à vélo qu'à pied. Avec 800 g d'alcool, on peut compter sur 2 semaines et demie d'autonomie, à deux personnes, dans des conditions faciles.

L'avantage essentiel d'un réchaud à alcool est son absence de technicité. C'est un récipient amélioré, il ne nécessite pratiquement aucun entretien et ne peut pas tomber en panne. Le brûleur peut parfois être combiné avec un réchaud à bois, comme c'est le cas pour le brûleur Trangia avec le Nomadic Stove, ce qui permet d'avoir un réchaud très polyvalent. En outre, l'alcool n'est pas un hydrocarbure comme le gaz ou l'essence, il est obtenu par distillation de produits végétaux, c'est donc, dans une certaine mesure, un combustible inépuisable.

Les molécules d'alcool sont particulières, la chaine carbonée est plus courte que celle du gaz, pourtant, l'alcool est liquide à température ambiante (ébullition vers 80°C). Cela est lié au fait que les molécules d'alcool contiennent un atome d'oxygène, ce qui n'est pas le cas du gaz et de l'essence (liquide car la chaine carbonée est très longue). La chaine carbonée courte est un gros avantage, un plus petit nombre de molécules de dioxygène est nécessaire pour brûler une molécule d'alcool, la combustion complète est plus facile à obtenir, l'alcool brûle avec une flamme bleue sans technique complexe de mélange préalable entre air et combustible.

Cette propriété explique l'existence d'une grande variété de réchauds à alcool, y compris de fabrication artisanale, comme le PRS. Les brûleurs semi-pressurisés comme le Trangia sont de loin les plus courants, avec une flamme libre au centre, et une partie légèrement pressurisée sur les côtés, au niveau des petits trous. Sous l'effet de la pression, l'alcool sous forme gazeuse s'échappe par les petits trous et forme une large couronne, un peu comme un réchaud à gaz.

L'approvisionnement en combustible est relativement facile, on en trouve en magasin d'alimentation et de bricolage. En anglais, l'alcool se nomme "denatured alcohol" ou "methylated spirit". Sinon, Trangia fourni une liste d'appellations selon les pays. On trouve des alcools à 90° et à 95°. Au point de vue de la combustion, ils sont identiques, par contre, l'alcool à 90° est odorant et désagréable, ce qui n'est pas le cas de l'alcool à 95°.

La faible puissance d'un réchaud à alcool n'est pas vraiment un problème en bivouac, avec un temps d'ébullition à peu près deux fois plus long que celui d'un réchaud à gaz. Faible puissance toute relative, si on tient compte que la puissance d'un réchaud à alcool ne dépend pas du remplissage de la cartouche ni de la température.

Un réchaud à alcool est utilisable en conditions hivernales, cependant, il est plus long à démarrer, quelques minutes sont nécessaires pour que le réchaud monte en température, avec une flamme qui croît progressivement. En dessous de 0°C, une coupelle de préchauffage chauffe le brûleur par le dessous et accélère le démarrage. Il peut être nécessaire d'isoler le brûleur du sol (sur de la neige par exemple) pour ne pas qu'il refroidisse.

Contrairement au réchaud à gaz ou à essence, le réchaud à alcool est silencieux, ce qui d'un côté est plus dangereux car on n'entend pas son fonctionnement, mais en même temps, c'est bien appréciable en bivouac d'entendre ce qu'il se passe autour de soi.

En journée, il faut faire très attention à la flamme, peu visible, il n'est pas toujours évident de déterminer si le brûleur est encore allumé ou pas. Un réchaud à alcool est dangereux en cas de renversement, l'alcool éparpillé continue de brûler. Comme tous les réchauds, il ne faut jamais l'utiliser sur un tissu (footprint par exemple), mais toujours directement sur le sol. Cela limite d'une part le ruissellement de l'alcool (et de l'eau bouillante contenue dans la popote), mais aussi le risque de faire chuter le réchaud en marchant sur le footprint ou en tirant dessus.

Malgré les propriétés intéressantes de l'alcool au niveau de la combustion, un réchaud à alcool émet une quantité dangereuse de CO, comparable à celle de la majorité des réchauds à gaz. Air et combustible ne sont pas suffisamment mélangés, en dépit des nombreuses configurations existantes. Aucun réchaud à alcool à notre connaissance ne parvient pour le moment à produire peu de CO. Il faut donc éviter autant que possible de l'utiliser sous la tente. S'il n'est pas possible de faire autrement, au moins cuisiner sous l'abside (et non dans la chambre), en conservant toujours un courant d'air.

Un réchaud à alcool noircit légèrement les popotes, on peut résoudre le problème en rajoutant un faible volume d'eau (10% de celui d'alcool) dans le brûleur, avant de mettre l'alcool. Un réchaud à alcool est très sensible au vent, un pare-vent efficace est indispensable, à moins d'utiliser le réchaud tempête Trangia.

Réchaud à essence

Le réchaud à essence est un réchaud d'alpinisme, utilisable à des températures très basses, résistant au vent, et à la puissance très élevée (jusqu'à 4500 W), il est très utile pour faire fondre de la neige. Fondre de la neige est en effet très long, et demande énormément d'énergie.

Les réchauds à essence les plus simples fonctionnent uniquement avec de l'essence blanche (white gas ou essence C). Les réchauds multicombustibles admettent d'autres hydrocarbures, des carburants automobiles en général. Le pouvoir calorifique de l'essence est intermédiaire entre le gaz et l'alcool, en gros 2 g de gaz sont équivalent à 3 g d'essence et à 4 g d'alcool.

En voyage, l'avantage essentiel du réchaud à essence est la possibilité de trouver du combustible dans les endroits les plus reculés. Mais c'est un avantage que l'on paye relativement cher. Le réchaud à essence est lourd (autour de 500 g) et complexe. Il demande de l'entretien, ce qui nécessite d'emporter pas mal d'accessoires, outils, chiffons, joints et pièces de rechanges, etc.

Sa mise en oeuvre est plus longue que pour les autres réchauds, notamment avec le préchauffage, opération délicate, qui couvre le réchaud de suie. Il faut recommencer ce préchauffage à chaque fois que l'on remet le réchaud en route, pour chauffer un thé après le repas par exemple. C'est aussi le réchaud le plus bruyant, on ne peut guère faire un bivouac discret avec un réchaud à essence (il existe des silencieux).

Son utilisation est difficilement envisageable sous tente, le comportement d'un réchaud à essence est en effet aléatoire, il varie selon le combustible utilisé, une fuite ou une mauvaise manipulation peut générer des flammes très difficiles à contrôler. Le pétrole lampant (kerosene en anglais) est moins dangereux de ce côté là, car moins volatile, mais le préchauffage du réchaud est plus difficile.

Les carburants automobiles contiennent divers additifs et impuretés et sont nocifs. S'il y a peu de vent, on respire inévitablement les gaz émis par le réchaud. Préférer l'essence blanche, qui encrasse moins le réchaud. Elle est cependant devenue difficile à trouver en quincaillerie (on trouve plutôt de l'essence F), on peut s'approvisionner en boutique spécialisée (essence Coleman par exemple).

Réchaud à gaz Primus Express Spider II
Réchaud à gaz Primus Express Spider II
Réchaud à gaz déporté, léger, avec tuyau de préchauffage du gaz, utilisable par temps froid, très faible émission de CO, réchaud fabriqué en Estonie.
54,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Réchaud à bois Nomadic Stove Trekker
Réchaud à bois Nomadic Stove Trekker
Le Trekker de Nomadic Stove est le descendant du Bushbuddy, il est toujours fabriqué artisanalement aux USA. C'est un réchaud à double paroi, léger et efficace, qui ne brûle pas le sol.
99,00 € T.T.C.

Quantité :

Réchaud à alcool Trangia Triangle
Réchaud à alcool Trangia Triangle
Réchaud à alcool composé de trois feuilles en acier inoxydable, qui servent à la fois de support et de pare-vent au brûleur. Le brûleur n'est pas fourni. Fabriqué en Suède.
29,00 € T.T.C.

 Deux exemplaires disponibles. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Réchaud tempête Trangia
Réchaud tempête Trangia
Réchaud intégré avec brûleur à alcool et popotes anodisées, stable et complètement protégé du vent. Fabriqué en Suède. Disponible en différentes tailles selon le nombre de personnes.
99,00 € T.T.C.

Quantité :

Réchaud à alcool Evernew Ti DX Stand
Réchaud à alcool Evernew Ti DX Stand
Réchaud à alcool ou à bois minimaliste, en titane, assez petit pour tenir dans les sacoches Revelate Design. Fabriqué au Japon. Le brûleur n'est pas fourni.
54,00 € T.T.C.

 Deux exemplaires disponibles. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Brûleur à alcool Evernew
Brûleur à alcool Evernew
Brûleur minimaliste, en titane, sans couvercle, ni réducteur de flamme, peut être utilisé avec les réchauds Evernew et Nomadic Stove. Fabriqué au Japon.
54,00 € T.T.C.

mail  Info stock

Brûleur à alcool Trangia
Brûleur à alcool Trangia
Brûleur à alcool Trangia, livré avec réducteur de flamme et couvercle, peut être utilisé avec les réchauds Nomadic Stove, Evernew et Trangia Triangle.
14,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Coupelle de préchauffage Trangia
Coupelle de préchauffage Trangia
Coupelle de préchauffage pour brûleur à alcool Trangia, permet un démarrage plus rapide du brûleur par température négative.
9,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Briquet tempête Soto
Briquet tempête Soto
Briquet tempête, ne craint pas le vent et émet une flamme bleue formant un faisceau, utile pour allumer un réchaud à alcool par temps froid.
24,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Bouteille de combustible Trangia
Bouteille de combustible Trangia
Bouteille de combustible pour réchaud à alcool, avec bouchon à valve permettant un remplissage précis du brûleur, sans risque de renverser la bouteille.
14,00 € T.T.C.

Quantité :

Pare-vent Optimus
Pare-vent Optimus
Pare-vent pliable en aluminium, très léger, adapté à tout type de réchaud, gaz, essence, alcool, bois, sauf réchaud à gaz non déporté.
8,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Plaque de réverbération de la chaleur Evernew
Plaque de réverbération de la chaleur Evernew
Plaque de réverbération de la chaleur du réchaud Evernew, cette plaque peut aussi être utilisée avec le réchaud Nomadic Stove.
15,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Housse Trangia
Housse Trangia
Housse pour réchaud tempête Trangia, en nylon, avec cordon. La série 27 correspond au plus petit modèle, la série 25 au grand modèle.
6,00 € T.T.C.

Quantité :

Réducteur Trangia
Réducteur Trangia
Réducteur pour petits récipients, tel que mug ou cafetière italienne, pour les réchauds tempêtes Trangia des séries 27 et 25.
9,00 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Paire de joints Trangia
Paire de joints Trangia
Paire de joints de rechange pour le bouchon du brûleur Trangia.
4,50 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :

Sangle Trangia 68 cm
Sangle Trangia 68 cm
Sangle de rechange pour réchauds tempêtes Trangia, maintient l'ensemble fermé pour le transport.
4,50 € T.T.C.

 En stock. Expédition sous 24 heures.

Quantité :